Hommage à Jean Le Bitoux

Publié: 1 mai 2010 dans News

Un tour d’horizon…. Et puis s’en va.

Militant de la cause homo depuis toujours, fondateur de la première revue qui a donné de la voix aux revendications LGBT, Jean Le Bitoux est mort mardi à l’âge de 62 ans. C’est une page de l’histoire militante homosexuelle en France qui se tourne: Jean Le Bitoux est mort hier à l’âge de 62 ans, a annoncé aujourd’hui le site Yagg.

Ce que m’inspire la disparition de Jean Le Bitoux ?

De la tristesse évidemment. De la rage de même, quand j’observe ce qu’il en est de nos droits, mais aussi et surtout de ce relent d’homophobie rampante voir éclatante et sans vergogne sous des airs de respectabilité qui refleurit chaque jour un peu plus dans tous les recoins de notre pays.

Silencieusement, les tenants de la discrimination jonglent avec les raccourcis sémantiques et se tapent sur le ventre comme de gros porcs immondes. Ils raffolent des histoires de cul fantasmé. L’homosexuel court après les petits garçons, c’est bien connu… Le goujat de la bonne société prend plaisir à frémir en se faisant peur à bon compte.
De la mélancolie aussi. Les années 80 figurent pour certain(e)s le temps des envies d’expressions et d’échanges.

Jean Le Bitoux -Octobre 2008 // gehitu.net

GAIPIED s’achetait dans les kiosques en rougissant parfois, mais toujours il accompagnait les silences familiaux et amicaux et les accouplements interlopes dans le noir au fond des bois ou des jardins publics. Les petites annonces préfiguraient la rencontre via le Minitel et plus tard par Internet.

Ce journal représentait un lien que Jean Le Bitoux avait contribué avec d’autres (car il n’était pas seul tout de même !) à faire exister au cœur d’une France à papa des plus moustachues et ventrue.
On avait Giscard qui lâchait des vents dans la soie en faisant semblant d’apprécier la bouffe de la France d’en bas quand il s’invitait chez « les gens ». On avait Pasqua, notre petit père la pudeur qui bouffonnait en nous cachant qu’il en pratiquait bien d’autres…
Comme si le cul jouait un rôle plus criminel que les pots de vin et autres magouilles…

Loin de ces sphères lugubres, la jeunesse de l’époque puisait dans son ressentiment l’énergie pour déplacer des montagnes en préparant l’avenir et avec ce qu’il lui restait après son temps de militantisme : la force d’organiser des teufs à tout péter. Le palace tenait lieu de phare dans un océan de sémaphores.

La disparition de Jean Le Bitoux évoque aussi les batailles intestines, les clans, les confrontations, les opinions qui divergent. Les risques empoignés et assumés, les partis pris et les hésitations, les luttes de pouvoir et les chamailleries constituaient le lot de ce temps où ceux de vingt ans voulaient exister différemment.
Ne surtout pas ressembler à « nos vieux », comme on disait. J’enregistre de ces « tracasseries » qu’elles transpiraient la valeur de l’engament. Il fallait se battre contre tous et même réveiller les siens, quitte à s’en composer d’adorables « ennemis ».

Aujourd’hui ?

L’air se trouve a priori trop sain pour demeurer respirable. Sous des apparences claires, au prétexte d’intentions déclarées, retenus par des lois qui nous notifient que nous n’avons plus rien à craindre de vivre nos amours librement, nos quotidiens sont surveillés comme au temps d’une Gestapo qui nous fichait. Et l’air de rien, pendant ce temps, l’église explique que la présence de pédophiles dans ses rangs n’est pas dû célibat, mais à l’homosexualité !

Dans le même genre, vous voulez connaître la dernière ?
Je la tiens d’une avocate au barreau de Paris. Dans certains arrêts de tribunaux, on écrit « orientation sexuelle » pour évoquer la pédophilie ! (Entre autres).

Avec ce genre de raccourci, à quoi sert la loi contre la discrimination qui distingue : l’origine ethnique, l’appartenance religieuse, le handicap, l’orientation sexuelle… ???
Alors oui, grâce à des personnes comme Jean le Bitoux, la société a avancé. Mais dans quel sens ?
Je reste beaucoup moins confiant actuellement.

La clarté du débat d’autrefois, la silhouette claire des pensées de l’ennemi, n’a plus rien à voir avec le monstre rampant d’aujourd’hui. Il est bien plus fourbe et gluant de bonnes consciences à moindres frais, car moins visible et cependant tout aussi dangereux pour nos quotidiens, voire plus. Combien de suicides au nom de l’amalgame ? Promis, j’y reviendrai pour l’évoquer.

En attendant, sache, cher Jean Le Bitoux, que pour certaines autorités, tes livres, comme « ton » journal GAIPIED, c’est de la pornographie qui ne sert qu’à penser qu’à ça…

Ne te retourne pas dans ta tombe, je l’ai lu dans un rapport de police. Quand je te dis qu’ils sont devenus fous !

Lionel DUROI pour Gayvox.fr

Sur le web :

  • Document de 1979 qui permet sans doute de mieux appréhender dans quel contexte et quel climat Jean le Bitoux va fonder Gai Pied. On y retrouve Dominique Fernandez ainsi que Patrick Cardon. Il y est aussi question de la déportation des homosexuels et des interdictions de travail pour homosexualité qui existaient encore en 1979 (LIRE LA VIDEO)
  • Lionel Soukaz nous avait filmé la manifestation qu’Act Up-Paris avait organisé devant le Sénat le 6 mai 1991, durant laquelle Lionel avait interviewé Jean Le Bitoux (LIRE LA VIDEO à 7 minutes 34 seconde)
  • Sur le sujet de la déportation homosexuelle, ses positions ont largement été mises en causes par certains dont Michel Celse dont l’engagement militant témoigne qu’il n’est pas un ennemi de la cause gay :
    http://www.vacarme.org/article1092.html

Les réactions :

  • Ce jeudi matin, Bertrand Delanoë a écrit personnellement au compagnon de Jean Le Bitoux, fondateur de Gai Pied, disparu le 21 avril

“SON HISTOIRE EST INSCRITE DANS LA TRAME DU SIÈCLE”
Dans cette lettre, dont voici quelques extraits, le maire de Paris rend hommage à “une grande figure du courage militant: “(…) Dans l’épreuve que vous traversez, je tiens à vous faire part de ma solidarité et de ma profonde sympathie. Jean Le Bitoux était une grande figure du courage militant. Il fut l’un de ces pionniers, qui surent affronter tant de difficultés, d’obstacles et d’hostilité (…) Son histoire, notamment à travers la fondation de Gai Pied, est inscrite dans la trame du siècle. (…) je me souviendrais de lui avec gratitude. Permettez-moi donc de m’associer à votre peine, et de vous souhaiter tout le courage nécessaire (…)”.

  • Christophe Girard, adjoint au maire de Paris chargé de la culture, salue “avec émotion et tristesse la disparition de Jean le Bitoux, grand militant discret mais efficace, pudique et pugnace, à qui, comme beaucoup de gays de ma génération, je dois la bénéfique lecture du magazine Gai Pied dans les années 80.” “Je n’oublie pas non plus, poursuit-il, lorsque j’étais secrétaire général d’Arcat Sida, son travail comme rédacteur en chef du Journal du Sida et la profondeur de sa réflexion”.
  • Communiqué de presse

Le MDH a la douleur d’annoncer la disparition de Jean Le Bitoux, son président fondateur

Jean Le Bitoux, figure historique du mouvement LGBT français et président fondateur du Mémorial de la Déportation Homosexuelle s’est éteint dans la nuit du mardi 20 avril 2010 à l’âge de 62 ans des suites d’une longue maladie.

Atteint du VIH depuis plusieurs années, Jean Le Bitoux était hospitalisé depuis quelques semaines suite à la détérioration de son état de santé.

Son décès à quelques jours de la Journée Nationale du Souvenir de la Déportation décuple notre tristesse et accroît le choc que nous ressentons. En effet Jean Le Bitoux tenait tout particulièrement à assister à ces commémorations ; l’an dernier encore, malgré une santé fragile, il avait tenu à participer à la cérémonie parisienne.

Après la mort de Pierre Seel, premier et seul Français à avoir témoigné publiquement de sa déportation pour motif d’homosexualité, celle de Jean Le Bitoux dont il était très proche, constitue une grande perte pour la mémoire LGBT en France. Jean Le Bitoux a publié deux livres consacrés à la déportation pour motif d’homosexualité : « Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel » et « Les oubliés de la mémoire »

Sa disparition nous bouleverse et nous prive du père spirituel qu’il a été pour chacun(e) des adhérents(es) du MDH
Avec nous, il était à la fois exigeant, perfectionniste, intransigeant, provocateur, drôle, affectueux et tendre ; c’est ce qui le rendait si attachant !

Toutes les personnes qui souhaitent contribuer financièrement à l’hommage que nous lui rendrons (publication de faire part, couronne de fleurs) peuvent nous contacter sur mdhcontact@yahoo.fr

En poursuivant son combat, en pérennisant ses engagements, nous tâcherons toutes et tous ensemble d’être dignes de lui.

Hussein Bourgi
Le Président du MDH

Faire part d’obsèques et d’hommage à Jean Le Bitoux
Les obsèques de Jean Le Bitoux auront lieu le vendredi 30 avril 2010 à 10h20 au Crématorium du Père Lachaise.
L’entrée se fait par l’avenue du Père Lachaise, accessible par la place Gambetta. Métro : Gambetta (lignes 3 et 3 bis) ; Bus n° 102 et 69 (Arrêt Gambetta) ou n° 26 (Arrêt Ramus).
Le Mémorial de la Déportation Homosexuelle (MDH) invite toutes celles et tous ceux qui l’ont connu de près ou de loin à assister à cette cérémonie. Ce sera l’occasion de saluer Jean Le Bitoux une dernière fois et d’entourer son ami, sa famille et ses proches de notre affection.
Puis en accord avec son entourage, le MDH organisera un hommage public à son fondateur, en présence et avec la participation de plusieurs de ses compagnons de route du monde militant. Nous souhaitons que plusieurs générations de ses camarades et de ses lecteurs y participent afin de lui témoigner gratitude et reconnaissance.
Patrick Bloche, Député-maire du 11e arrondissement de Paris accueillera cette cérémonie dans les locaux de la Maison Commune de l’arrondissement dans lequel résidait Jean Le Bitoux.
Cet hommage aura lieu le samedi 29 mai 2010 à 17h dans la Mairie du 11e arrondissement de Paris qui se trouve 12, Place Léon Blum.
Métro : Voltaire (ligne 9) ; Bus n° 69 (Arrêt Voltaire-Léon Blum)

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s