Face aux enfumeurs de Panama

Publié: 13 avril 2016 dans Humeur, Politique
Tags:,

marine-au-travail-770x515

L’affaire des Panama Papers nous rappelle brutalement toute l’incohérence d’une classe politique rattrapée par ses renoncements.

A la télévision, j’entends, je vois François Hollande et ses ministres feindre de taper du poing sur la table face aux fraudes supposées de telle ou telle grande banque. Comme les Français, je les vois nous promettre d’agir, de sévir, de contrôler…

Hélas ces paroles nous en rappellent tant d’autres. Comme celles de Nicolas Sarkozy, qui déclarait en 2009 « Les paradis fiscaux c’est terminé ». Quelques années après, il faisait retirer de la fameuse liste noire…Le Panama.

Pourquoi cette apparente impuissance ? Du fait d’une extraordinaire incohérence.

A partir du moment (en France la loi de 1973 et le Traité de Maastricht en 1992 furent deux de ces moments essentiels) où on fait de la banque, y compris privée, le financier exclusif des Etats, on place les Etats en situation de vulnérabilité, de dépendance, de soumission. Nous y sommes. Allez donc faire croire à celui qui vous finance que vous lui tordrez demain le bras s’il se conduit mal : il vous rira au nez !

Fallait-il massivement privatiser le système bancaire comme ils l’ont fait ? Cette question aussi mérite d’être posée, et il faudra réfléchir à la nécessité d’un pôle bancaire public qui puisse remplir des missions de service public liées au financement de l’économie réelle.

L’Union Européenne fut un formidable accélérateur de ce dépouillement du politique par le financier, en supprimant les contrôles de capitaux, en bannissant les frontières, en faisant l’euro, en aspirant encore tout récemment notre souveraineté bancaire.

Avoir soutenu avec constance cette politique qui a consisté à donner les clés de la maison France aux grandes banques, et aujourd’hui pleurer médiatiquement sur le lait renversé, c’est au mieux naïf, au pire très cynique.

Bien sûr que nous pourrons dompter les Banques et les institutions financières, mais pour cela il faudra bien mieux que 200 discours de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron ou François Hollande.

Il faudra le courage de rebâtir des nations souveraines, qui remettront le politique au-dessus de l’économie, et l’économie réelle, productive, au-dessus de la finance. Il faudra ensemble réguler, et cela suppose d’avoir des outils pour contrôler, des frontières pour filtrer.

Définitivement, ce projet n’est pas compatible avec l’Union Européenne.

Signature

 

 

 

 

Source : Carnets d’Espérances

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s