Archives de la catégorie ‘Aliments et boissons’

marine-le-pen-dans-la-nievre-a-la-rencontre-de-la-filiere-vi_1837892

La présidente du FN Marine Le Pen a exprimé vendredi devant des viticulteurs de la Nièvre la volonté de « supprimer » la loi Evin dont « l’efficacité est zéro ».

« L’efficacité est zéro à part qu’elle représente un inconvénient majeur pour les viticulteurs », a affirmé Mme Le Pen, qui visitait une exploitation viticole et rencontrait des producteurs de vins à Tracy-sur-Loire, dans le vignoble du Pouilly-Fumé.

« A-t-elle répondu aux objectifs qui lui ont été fixés en matière de santé publique? Non. Le niveau de consommation d’alcool n’a pas été impacté, si ce n’est une augmentation de la consommation des alcools forts, de la bière », a poursuivi l’eurodéputée.

D’après elle, « la consommation a sûrement plus baissé du fait des lois sur la sécurité routière que de la loi Evin ».

Mme Le Pen a dénoncé la « société complètement hygiéniste. Aujourd’hui on décide pour nous ce qui est bon ou pas bon. On en oublie les traditions, le patrimoine… Il faut en tirer les conclusions, il faut la supprimer ».

Cette loi limite fortement le droit de faire de la publicité pour les boissons alcoolisées afin de protéger les jeunes des opérations de marketing.

Mais d’après Mme Le Pen, cette loi est le résultat d’une société qui veut « faire votre bien contre votre volonté. On vous dit comment vous devez boire, vous comporter, comment éduquer vos enfants… »

Après avoir goûté différents Pouilly-Fumé et du Crottin de Chavignol, Mme Le Pen s’est exprimée devant quelques viticulteurs locaux pour dénoncer le traité de libre-échange transatlantique en négociation entre l’Union européenne et les États-Unis.

« Ces dernières décennies, la destruction systématique d’une majorité de normes et de protections au nom du libre-échange et de la concurrence a abouti dans nombre de filières de production, agricole et industrielle, à la dégradation de notre marché intérieur au profit de pays concurrents qui ont fait du dumping social et environnemental une arme de destruction massive », a dénoncé Mme Le Pen.

Mais si les vins français connaissent un « succès magistral », cela tient selon elle à « deux différences notables: un marché intérieur très bien défendu (…) et des normes très rigoureuses qui garantissent aux consommateurs une traçabilité irréprochable et respect des meilleures méthodes de production. »

Mme Le Pen était accompagnée des eurodéputés FN Edouard Ferrand et Sylvie Goddyn, qui sont respectivement spécialisés dans les travaux d’agriculture et d’environnement à Bruxelles et qui sont engagés dans une tournée des régions sur cinq ans à la rencontre de représentants du monde agricole.

Tracy-sur-Loire (France), 21 nov 2014 (AFP) – © 2014 AFP

Publicités

quick_2007_anelkaLe gérant du restaurant Quick d’Avignon dans lequel un adolescent de 14 ans a mangé en janvier avant de décéder d’une toxi-infection alimentaire a été mis en examen pour « homicide involontaire », a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Benjamin Orset est mort le 22 janvier. Il avait mangé la veille deux hamburgers au Quick d’Avignon Cap Sud. Le parquet d’Avignon a ouvert le 18 février une information judiciaire contre X pour homicide involontaire en invoquant d’importants manquements aux règles d’hygiène. Les expertises ont mis en évidence « la présence de staphylocoques dorés dans le liquide gastrique de Benjamin Orset », ainsi que sur cinq des huit employés présents ce soir-là et sur le sol carrelé du stand d’emballage des denrées alimentaires.

Le groupe Quick a rompu le contrat de franchise qui le liait au gérant de trois restaurants du Vaucluse, dont celui d’Avignon Cap Sud. La société a repris en gestion directe deux de ces restaurants mais n’a pas trouvé d’accord avec le franchisé du restaurant incriminé, qui est propriétaire des murs et du fonds de commerce. Le fast-food, fermé par arrêté préfectoral le 22 janvier, avait rouvert ses portes le 11 février mais il a été de nouveau fermé dès le lendemain pour travaux.

Source

quick-ketchup-halal

A noter que la certification halal n’apparaît pas sur l’emballage

Communiqué de Marie-Christine Arnautu, secrétaire régionale Ile-de-France et membre du bureau politique du Front National

Depuis 2005 l’Action sociale populaire, créée et dirigée par le Pasteur Jean Pierre Blanchard, se consacre à l’aide matérielle et psychologique de nos compatriotes français les plus démunis.

Parmi les besoins primaires pour les sans-abri, et ce grâce aux dons, l’association parvient à collecter en quantité suffisante vêtements, chaussures, couvertures et nourriture. Manque cependant parfois le plus coûteux : des duvets ou des kits d’hygiène (savon, dentifrice, lingettes, désinfectant…)

En septembre dernier, l’ASP a donc lancé un appel aux 45 directeurs de magasins Carrefour de la région parisienne pour organiser une collecte à la sortie de leurs magasins.

Mais la réaction de la chaîne de distribution ne fut que mépris et dédain : sur 45 demandes, et après de nombreuses relances, aucun directeur n’accepta de les aider, sachant qu’aucune contribution ne leur était demandée. Certains nous avouèrent ne pas vouloir « créer un sentiment d’exagération auprès de leurs clients » (sic) ou « avoir pris des engagements avec d’autres associations »

Et pourtant !

L’entreprise mondialiste qu’est Carrefour a choisi de se consacrer au lancement prochain de sa gamme hallal « Yasmine » (en rayon d’ici la fin de l’année)

Préfère-t-elle aider des associations dont le respect des traditions musulmanes est la première des préoccupations ?
L’ASP n’a jamais fait mystère de sa proximité historique d’avec le Front national qui incarne l’engagement profondément social de sa famille de pensée, au service de la France et des Français en priorité.
Alors est ce à ce symbole que les officines mondialistes comme Carrefour veulent s’attaquer ?

L’ancien directeur du restaurant Quick de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a engagé une procédure aux Prud’hommes de Bobigny pour « discrimination ». Il accuse l’entreprise de l’avoir licencié parce qu’il refusait que son restaurant devienne halal. L’entreprise de restauration rapide a, en effet, entrepris depuis quelques temps déjà la création de restaurants exclusivement halal dans plusieurs villes.

Une audience de conciliation a eu lieu jeudi matin aux Prud’hommes, mais celle-ci n’ayant pas abouti. Le licenciement de cet ancien directeur fera l’objet d’un procès le 13 juillet 2011.

Après avoir travaillé une vingtaine d’années chez Quick, et alors qu’il dirigeait le restaurant de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) depuis le 1er janvier 2008, l’ex-directeur a été licencié pour faute grave, en septembre. Sa direction avançait un autre argument : « défaut de contrôle et d’action corrective constitutifs d’un préjudice financier ». Soulignant qu’à plusieurs reprises, notamment en juin et juillet, de l’argent avait en effet disparu des caisses du restaurant.

Mais pour l’accusé, il s’agit d’un « motif abusif ». D’après lui, « le fond, c’est le halal ». Il affirme : « tout allait bien pour moi pendant vingt ans dans cette entreprise et à partir du moment, en mai, où j’ai dit non au halal, tout s’est enchaîné ».

« Dans ma lettre de licenciement, on me reproche des problèmes financiers en juillet, alors que j’étais remplacé au restaurant », dit-il. « Quand je suis revenu en août, j’ai repris le dossier en main », ajoute-t-il expliquant qu’il était en arrêt maladie pour « anxiété », en juillet, après une première convocation, suivie d’une mise à pied de deux jours.

Quick indique de son côté qu’il avait « déjà reçu en 2009 un avertissement pour faute de gestion ». L’entreprise rappelle par ailleurs qu’« une procédure de mobilité interne a été proposée aux employés qui ne souhaitaient pas travailler dans un restaurant Quick proposant de la viande halal ».

Source

Charles Aslangul, le président de l’Ordre républicain, a appelé jeudi dans un communiqué ses sympathisants et « l’ensemble des républicains » à boycotter les restaurants Quick, pour manifester leur « rejet » de l’offre halal de la chaîne de restauration, qu’il juge « discriminatoire et antirépublicaine« . L’Ordre républicain a porté plainte pour « discrimination » contre Quick au tribunal de Créteil. Selon le mouvement, l’offre exclusive halal « va directement et dramatiquement à l’encontre du ‘vivre ensemble’ en créant des tensions communautaristes« .

viaL’Ordre républicain appelle au boycott de Quick – – leJDD.fr.