Archives de la catégorie ‘Télécoms’

A l’écoute de la phrase « au 4ème top il sera… » on sait que l’heure va ensuite nous être communiquée.  Ce vénérable service souffle ses 80 bougies aujourd’hui.  L’horloge parlante est née le 14 février 1933.  Bonne anniversaire !

horloge-parlante-1933

Les français ont été les premiers à fournir ce genre de service.  Est-ce parce que nous donnons l’heure au monde ?  Surement.

L’horloge parlante doit son existence au ras le bol d’un homme, Ernest Esclangon, le directeur de l’Observatoire de Paris. En 1933 il est lassé de voir la seule ligne téléphonique de l’institution encombrée par les appels du public pour connaître l’heure. A l’époque, l’Observatoire ne dispose que d’une seule ligne: celle du directeur.  L’astronome décide alors d’automatiser la diffusion de l’heure par téléphone, en collaboration avec les PTT (France Telecom). Son célèbre numéro d’accès fut ODEON 8400.

Lhorloge_parlante_de_lObservatoire_de_Paris_avec_le_directeur_M._Ernest_Esclanson

La voix enregistrée sur des bandes sonores de film photo, une technique inspirée du tout nouveau cinéma parlant. Les ingénieurs constituent un cylindre qui, grâce à la lecture optique de trois bandes, diffuse l’heure officielle.

  • le premier pour l’énoncé des heures de 0 à 23 heures,
  • le deuxième pour celui des minutes de 0 à 59 minutes,
  • le troisième correspondant à 10, 20, 30, 40 secondes puis à l’annonce « au quatrième top, il sera exactement ».

Trois têtes à cellules photoélectriques lisent et amplifient le son. Le découpage successif des trois lectures assure l’enchainement correct des annonces horaires. Les tops secs sont espacés d’une seconde et le zéro de chaque minute correspond au début du quatrième top.

horloge-parlante-1933v2

À l’époque, c’est une star de la radio, Marcel Laporte, dit « Radiolo », qui prête sa voix. Il donne l’heure aux Français, à une précision du dixième de seconde.

Au premier jour de sa mise en service, l’invention reçoit 140.000 appels téléphoniques. Cet engouement fait que ce jour là seuls 20.000 appels ont pu être satisfaits. Ensuite, ce sont 300.000 coups de fil qui seront émis chaque mois.

vieux-telephone

Exclusivement masculine au début, la voix féminine à été expérimentée en 1954 afin de remplacer la voix du speaker. L’essai fut abandonné face aux critiques des usagers vis à vis de ce changement de ton.  Depuis 1991, la voix diffusée est alternativement masculine, celle d’un comédien voulant rester anonyme, ou féminine, celle de la comédienne Sylvie Behr. Les comédiens ont enregistré cette année là les différentes syllabes des annonces dans des mémoires qui permettent de donner l’heure jusqu’en 2085.

« Un ingénieur avait recensé sur deux pages un corpus de phonèmes et de chiffres à utiliser pour donner l’heure et la date, avec parfois des liaisons particulières. C’est ce que j’ai enregistré, ça a dû prendre une heure. Ensuite, les experts ont eu trois semaines de montage pour donner naissance à toutes les combinaisons possibles », explique-t-elle. Cette Parisienne peut ainsi nous tenir informés du temps qui passe jusqu’en… 2085. « Je me souviens qu’au moment de l’inauguration, j’avais dit que c’était comme un rendez-vous que je me donnais auquel je ne serai pas »

Tour à tour, les deux voix indiquent l’heure : l’une masculine et l’autre féminine. En complément de l’heure, aujourd’hui le système donne aussi la date.

«A partir de 1991, la voix féminine fait son apparition. Et nous avons retiré le “exactement”, car il aurait fallu donner une échelle de l’inexactitude», souligne Noël Dimarcq, directeur de recherche au CNRS

Cette octogénaire, est maintenant une pièce historique conservée à l’Observatoire de Paris (14ème).  Elle en est aujourd’hui à sa 4ème génération. Successivement les versions de 1965, 1975 et 1991 seront plus petites et plus automatisées.  Elles ont également bénéficié des avancées scientifiques dans la mesure du temps.

80 ans plus tard, l’horloge parlante est une machine électronique. En fait plutôt quatre.  en effet 4 serveurs la composent afin de gérer les pannes éventuelles. Reliés à une horloge atomique elle transmet la date et l’heure avec une précision exemplaire. Cette horloge atomique vit dans les sous-sols de l’Observatoire de Paris dont la mesure du temps exact est l’une des missions.

HORLOGE-PARLANTE-3699

Aujourd’hui ce service n’est plus autant utilisé.  Les technologies disponibles, dont Internet, la rendent moins indispensable.  Selon Orange, le 3699 reçoit toujours tout de même un million d’appels par an.  On peut noter 2 pics d’appels: ils interviennent les jours de changement d’heure afin de synchroniser les montres dans le bon sens.

« Aujourd’hui, on a l’heure partout, reconnaît Noël Dimarcq. Mais ce repère national peut compter par exemple dans les transports, pour les transactions bancaires, pour que toutes les bourses ferment en même temps. Pour les centres de secours aussi, qui peuvent ainsi prouver juridiquement qu’ils sont intervenus à un moment précis. Le grand public n’a sans doute pas besoin d’obtenir une mesure à la nanoseconde près. Mais je suis convaincu que l’horloge parlante continuera d’exister. Mais il faudra peut-être faire évoluer l’information.»

La poésie est terminée.  L’heure exacte est aujourd’hui devenue un business que plusieurs entreprises se partagent. Chez Orange, le 3699 est devenu payant et offre ses services à 0.56€ par appel. De nombreux sites sur internet diffusent également l’information, comme horlogeparlante.com qui est gratuit gratuit mais dont l’offre téléphonique, le 36 69, est payante (à 1,35 € l’appel et 0,34 €/min).  Les Smartphones ont leurs applications dédiées.  Les serveurs NTP (Network Time Protocol) permettent de synchroniser sur l’heure UTC des ordinateurs à distance…

Le temps c’est de l’argent me rappelle-t-on…

Source : Observatoire de Paris & abavala.com

 

Publicités

arton10221-7ce86Au mois de mars, Free avait fait part de son intention d’ouvrir, dans un délai rapide, ses premières boutiques. Le coup d’envoi est sifflé aujourd’hui avec l’inauguration d’un Free Center à Rouen !

Les Rouennais peuvent aller faire un tour au 31, rue Jeanne-d’Arc, en plein centre-ville : c’est ici que se situe la toute première boutique officielle de Free. Plus qu’un simple centre permettant de s’abonner, le fournisseur compte bien proposer un lieu où il sera possible de tester la Freebox et ses fonctionnalités, d’obtenir de l’assistance auprès des conseillers, etc.

En pleine phase de test de son concept, Free rappelle que seuls quelques Free Centers sont prévus à l’ouverture pour le moment. Il n’est pas (encore) question d’ouvrir un vaste réseau de boutiques à travers toute la France, mais au contraire de mettre l’accent sur l’originalité du lieu, au design soigné…

Un lieu centré sur l’expérience

Le Free Center a été conçu pour permettre aux abonnés et aux futurs abonnés de découvrir l’incroyable richesse de la Freebox Révolution. Le Free Center est un lieu de découverte et de pédagogie. L’ensemble des équipements numériques sont connectés et en libre accès. Ainsi, chaque visiteur a la possibilité d’essayer les nombreuses innovations de la Freebox Révolution : Blu-ray, Freebox Replay, Disneytek, télécommande gyroscopique, Internet sur la TV, jeux HD, Gamepad, WiFi, Gigabit Ethernet, téléchargement, partage, etc.

Service VIP pour tous

Un lieu de rencontre ouvert à tous : Freenautes et non-Freenautes. En fonction de ses attentes spécifiques, chaque visiteur peut suivre son propre cheminement sur les écrans tactiles interactifs ou bénéficier d’un accompagnement personnalisé. Les conseillers du Free Center accompagnent les visiteurs dans leur découverte des services de la Freebox, prennent en charge leurs souscriptions et apportent une assistance sur les questions commerciales ou techniques.

Un concept design

Un concept dont le design incarne ce qui fait de Free une marque unique : innovation, simplicité et transparence. Un design dont le rôle premier est de donner toute sa place à la Freebox Révolution et d’inciter à la découvrir. De grands visuels expriment de la façon la plus directe les bénéfices que chacun peut tirer de la Freebox Révolution.

Une phase pilote de test

A ce stade, Free n’ouvrira que quelques Free Centers. L’objectif de ce test est d’observer comment les abonnés et futurs abonnés s’approprient ce lieu et comment ils utilisent ce nouveau canal de relation abonnés en complément des autres (Web et téléphone).

Vous trouverez un premier aperçu de cet espace dans les quelques photographies ci-dessous, fournies par Free.

Regardez :

fc1

fc2

fc3

fc4

fc5

fc6

On compte près de 13000 centraux téléphoniques en France. Et certains ont des appelations pour le moins surprenantes !

Comme 95% des internautes connectés en haut débit vous disposez d’un abonnement ADSL ? Alors la notion de central téléphonique, et plus précisément de NRA (noeud de raccordement abonnés) ne doit pas vous être totalement étrangère.

Le NRA est le local technique qui regroupe l’ensemble des lignes téléphoniques fixes d’un quartier, ou d’une commune pour les villes de petite importance. Propriété de France Télécom, le NRA sert également d’infrastructure de répartition pour faire transiter les communications téléphoniques (trafic Voix) d’une part, et les données IP (trafic Data) de votre connexion ADSL de l’autre.

Pour identifier ses NRA, France Télécom leur attribue deux codes :
– un code court avec en général les 3 premières lettres du nom du central suivies de 2 chiffres correspondant à l’indicatif du département
– un code long composé de 5 chiffres (comme un code postal) et 3 lettres
A défaut de connaître par coeur tous les NRA, l’équipe Ariase s’est intéressée aux codes courts remarqués ici et là lors de la mise à jour de notre test d’éligibilité, et de notre base de données sur la couverture ADSL. Voici quelques perles relevées !

– VIP03 : autant dire que les clients sur ce NRA doivent être célèbres !
– FER68 : on se demande si les lignes sont bien en cuivre et si les connexions ne sont pas rouillées 🙂
– CGT19 : ce central fonctionne-t-il aussi les jours de grève ?!
– BZH68 : BZH c’est la Bretagne ! Pourquoi ce NRA est-il situé dans le Haut Rhin ?!!
– LAG33 : mieux vaut ne pas être un joueur en ligne si vous êtes relié sur ce central 😉
– CGV51 : c’est écrit dans le contrat on vous dit !
– CAC49 : pourquoi ce NRA n’est-il pas dans le département des Landes ? Cela aurait-été plus logique un CAC40 non ?!
– SAV72 : un central ou une hotline ?!
– GAG12 : et non ce n’est pas un gag…
– SOS06 : une Box à la mer !
– BUG19 : quand on vous dit que votre connexion peut bugguer…tout s’explique !
– MAO60 : un NRA d’inspiration communiste. Dans ce central, les appels vers la Chine sont-ils gratuits ?
– CON29 : sans commentaires 🙂
– RUE80 : on est pas tombé loin de RUE89 !
– CIA2A : un central sur écoute. Et en Corse en plus !
– NUL17 : tout le monde ne peut pas être bon !

Les télécoms : SMS40, PTT35, SFR43, GSM33, WAP38, DSL72, TEL54, BOX35 et NRA38 !
Les prénoms : SAM62, MAX59, GUY35, TOM51, BOB64 (on se croirait sur MSN !)
Les élements : EAU32, AIR79, FEU30, TER75
L’informatique : RSS23, PHP72, SQL02, JPG32, GIF51, WMA38, MAC32
La télévision : RTL11, BBC16, CSA72, LCD23, ABC47, CNN16, TNT62

Inutile de vous dire que tous les "drôles de NRA" ne sont pas recensés ici. Nous vous avons épargné les LOL07 (et son homologue MDR50), MAL19 (et son opposé BON05), BAR76 (où l’on sert du VIN66, de la KRO67 et du GIN11), MOU57 (et DUR27), FAC59 (et son copain IUT71), PDG62 (et son DRH37), FOU14 (et son PSY22) ! A noter que les NRA à proximité des centrales nucléaires de Flamantville et Golfech ont été baptisés EDF50 et EDF82…. Nous terminerons par un fou rire : imaginez une seconde un internaute migrant sa ligne de CUL01 vers SEX42 ou vice et versa ! Et vous, êtes-vous relié sur un drôle de central téléphonique ?!

Source : Ariase