Articles Tagués ‘eric zemmour’

Vous pouvez participer en cliquant ici

Publicités

Contacté par LePost, Eric Zemmour confirme son “agression”.
Le chroniqueur ne souhaite “pas faire de publicité à des abrutis”, nous dit-il, sans faire plus de commentaire.

Rien n’y paraissait ce matin à 7h40 lors de sa chronique matinale sur RTL. Pourtant, selon le site OZAP, Eric Zemmour a été entarté quelques minutes plus tôt, rue Bayard, sur le chemin qui le menait au studio. Des passants auraient croisé le journaliste recouvert de crème.
Nullement démonté, Zemmour n’avait plus aucune trace de pâtisserie sur le visage au moment de sa chronique matinale.

« Quand on décrit la réalité, on est criminalisé », a regretté le journaliste, mâchoires serrées et ton combatif. Alors que son procès s’ouvre ce mardi devant le tribunal correctionnel de Paris pour des propos controversés sur « les noirs et les arabes », le chroniqueur a défendu sa position avec vigueur, assurant ne pas être un « provocateur », mais un observateur fidèle de la réalité.

Mâchoires serrées, ton combatif, le polémiste a dénoncé, au nom de « la liberté d’expression », les associations antiracistes qui ne font que « criminalise(r) une parole qui ne veut pas se coucher devant le politiquement correct ». Ce sont cinq de ces associations, SOS Racisme, Licra, Mrap, UEJF et J’accuse, qui ont porté plainte contre Eric Zemmour, chroniqueur sur RTL, iTélé, France 2 et au Figaro, l’accusant de diffamation et de provocation à la haine raciale.

Le 6 mars 2010 sur Canal + et France Ô, il avait notamment affirmé que la plupart des trafiquants étaient « noirs et arabes », pour expliquer le contrôle policier au faciès. Des propos qualifiés d’« aberrants et extrêmement graves » par le président de SOS Racisme Dominique Sopo, pour qui le polémiste ne voit la société que via des « lunettes racialisées ».

« La réalité n’existe pas pour ces messieurs », a aujourd’hui rétorqué Eric Zemmour à l’égard des représentants associatifs, « il faut qu’elle rentre dans les cadres idéologiques qu’ils ont créés il y a trente ans. (…) Si on en sort, on est traité au mieux de provocateur au pire de nazi. »

Le procès doit s’achever vendredi. La décision sera alors mise en délibéré à plusieurs semaines.

Source