Articles Tagués ‘fnj’

Communiqué de presse d’Antoine Mellies, de la Direction nationale du FNJ (argumentaires)

fnj Le Parlement français a adopté le 8 février dernier une loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (LOPPSI 2). Si ce dispositif législatif est motivé dans un premier temps par la lutte antiterroriste et la fermeture de sites pédophiles, il laisse cependant penser que cette compétence d’attribution risque de s’étendre à d’autres domaines tenant à la liberté d’expression. La LOPPSI 2 prévoit en effet la possibilité, avec l’autorisation d’un juge d’instruction, de mettre en place, à l’insu de l’utilisateur, un dispositif technique enregistrant les frappes au clavier ou des captures d’écran. Mais surtout, l’article 4 de la loi confie cette mission à l’office central de lutte contre la criminalité, une autorité administrative indépendante. Dans cette affaire, l’institution judiciaire a été totalement ignorée, ce qui jette le discrédit sur une noble intention qu’est le combat contre la cybercriminalité.

Pire ! Une association de lutte contre la pédophilie, L’Ange bleu, a clairement dénoncé ce projet comme étant inefficace et contre productif. Mathieu Weill, directeur de l’Association français pour le nommage Internet en coopération (AFNIC) en charge de la gestion de l’ensemble des noms de domaine français de premier niveau, dont le .fr, craint également dans un article du Point, que « le filtrage Internet s’étende à des domaines totalement étrangers aux sites pédophiles ».

Alors que l’institution judiciaire décline et que l’insécurité connaît un regain de croissance, le gouvernement Sarkozy nous ressert un dispositif totalement opaque et inefficace, dont le seul mobile consistera à contrôler l’espace Internet, et ainsi porter atteinte au principe de la liberté d’expression.

Le FNJ exige que le combat envers la cybercriminalité soit assuré dans le respect d’une procédure de justice qui n’empiète pas sur l’exercice de la liberté d’expression, indispensable pour alerter les Français sur les dangers de la politique mondialiste de Nicolas Sarkozy. Notre mouvement attend de même du Conseil constitutionnel qu’il rejette ce véritable Patriot Act à la française et préserve nos libertés publiques.

Source : Nations Presse Info

Communiqué du Front National de la Jeunesse de l’Essonne

Samedi 21 novembre,  vers 23 heures, un affrontement a eu lieu entre deux bandes rivales issues des quartiers de Ris-Orangis et d’Evry. Cette violente bagarre s’est tenue à la gare de Ris-Orangis. Les deux bandes qui se sont opposées, sont déjà connues des services de police pour des rixes similaires. 17 jeunes, âgés entre 18 et 21 ans ont été interpellés suite à la violence des mots, des gestes et après la dégradation d’un train qui stationnait à cette gare.

La ville d’Evry est aux mains du socialiste Emmanuel Valls, ancien conseiller du cabinet de communication de Lionel Jospin. Valls, lors d’une interview donnée le 29 Août 2010 au journal 20 minutes, dit « réunir les capacités pour être président de la république ». Nous constatons en revanche son incapacité à éradiquer la délinquance juvénile et l’échec patent en matière de sécurité du Maire socialiste, dépassé par l’explosion de la délinquance juvénile. Evry, est une ville fondamentalement écrasée par la délinquance, une ville dont 50 % des logements sont sociaux. Le nombre de délinquants juvéniles a augmenté de manière exponentielle dans cette ville, la plus jeune de France dont l’âge moyen est de 26 ans.  Nous pouvons relever également  que les délits et crimes sont commis par une majorité de jeunes issus de l’immigration. Les zones de non-droit se multiplient dans cette ville où les bandes ethniques font régner leurs lois tribales.

La délinquance juvénile prend de l’ampleur en France. Le nombre de mineurs délinquants a plus que doublé en une vingtaine d’année, plus de 118 % entre 1990 et 2009. Bien entendu, la délinquance se développe chez les jeunes filles dont les infractions de violences volontaires ont connu une progression de 97,5 % entre 2004 et 2009.

Le Front National de la Jeunesse de l’Essonne demande que le gouvernement prenne des dispositions suffisantes pour éradiquer cette délinquance de plus en plus précoce. Des mesures radicales doivent être prises : la première et la plus simple, consisterait à faire appliquer la loi, que les décisions de justice soient enfin appliquées et exécutées, et enfin abaisser l’âge de la responsabilité pénale des mineurs.

Audrey,
secrétaire départementale du FNJ Essonne

Communiqué de David Rachline, Coordinateur national du FNJ

Alors que le substitut du Procureur de la République de Paris, Madame Ruel, aux ordres du gouvernement, a requis contre Jean-Marie Le Pen deux mois de prison avec sursis, 20.000 euros d’amende et un an d’inéligibilité, le Front National de la Jeunesse lance, comme annoncé la semaine dernière, sa nouvelle campagne pour protester contre ce réquisitoire scandaleux.

La soumission du gouvernement aux ayatollahs de la bien pensance doit être sévèrement jugée par le peuple français qui souffre de la progressive communautarisation de notre pays et du recul lâche et systématique de l’Etat face aux revendications politico-religieuses.

Ce réquisitoire démontre clairement que le gouvernement est favorable à l’Islamisme, puisque toute critique est aujourd’hui interdite.

Source : Nations Presse Info