Articles Tagués ‘hadopi’

<mode grosse voix du cinéma>

Après avoir poussé les internautes français dans les filets du téléchargement direct en diabolisant le P2P….

Après avoir annoncé vouloir réfléchir sur une légalisation du partage…

Hadopi retourne une nouvelle fois sa veste et souhaite maintenant en finir avec les sites de DDL et de streaming !

</mode grosse voix du cinéma>

Ahaha, sans déconner, un film sur l’aventure Hadopi, ce serait vraiment marrant. Il y aurait tellement de lol… J’invite d’ailleurs Dany Boon à se pencher sur la question… Il ferait un très bon E. Walter. Et dans le rôle de J. Toubon je mettrais Kad Merad, sans oublier M.F. Marais, que je verrais bien incarnée par Josiane Balasko, histoire de tirer à fond les ficelles de la comédie franchouillarde.

Plus sérieusement, j’imagine qu’ils se sont fait souffler dans les bronches après leur annonce de la semaine dernière, car au lieu d’avancer dans le bon sens, ils souhaitent maintenant recommencer les mêmes erreurs, à savoir lutter contre des moulins à vent.

En effet, le souhait d’Hadopi (Voir le rapport des petits MIQkeys), c’est d’abord de lister TOUS les sites à succès… Espérons que contrairement à la dernière fois, ils ne publieront pas la liste 😉

Ensuite, ils veulent négocier avec des régies publicitaires et autres intermédiaires de paiement pour que ces derniers coupent les vivres aux fameux sites… Je vois déjà 2 soucis se profiler à l’horizon… Le premier c’est qu’il y en a qui fonctionnent sans pub, juste pour le plaisir. Le second c’est que les fameuses régies localisées à Malte ou dans d’autres paradis fiscaux n’en ont rien à foutre d’Hadopi.

Ensuite, ils veulent taper sur les sites qui ne sont pas assez stricts sur la modération du contenu piraté en faisant tourner des bots capables de détecter des contenus soumis au copyright. En gros, ils veulent faire ce que fait YouTube en interne, mais en externe et sur tout le web (enfin, j’imagine sur une liste bien définie de sites à emmerder). Le truc qui est marrant avec ces technos, c’est qu’en plus de coûter extrêmement cher (Mais bon, chez Hadopi, on n’est plus à ça près niveau budget), elles sont l’imperfection incarnée. On le voit avec YouTube qui bloque toujours des tas de vidéos qui n’ont pourtant rien à voir avec du contenu copyrighté.

Enfin, ils veulent sortir les gros guns (comprenez la mère justice) et dégommer, peu importe comment, les sites qui bafouent les droits d’auteurs. Blocage, fisc, passage devant le juge…Etc., etc.

Pourquoi pas ? En théorie, ça fonctionnerait si les sites ou au moins les propriétaires de ces sites étaient sur le territoire français. Mais là-dessus je doute que ce soit le cas pour la majorité d’entre eux… Puis on l’a vu, même s’ils chez Hadopi, ils sont forts en spam, ils ne sont pas très doués pour obtenir des résultats auprès du juge.

La bonne nouvelle cette fois, c’est que ce ne sont pas les internautes qui sont visés, mais les sites qui font du pognon (ou pas ?) avec la propriété intellectuelle. Maintenant ce qu’Hadopi « oublie » de mentionner surement parce que c’est trop compliqué pour eux, c’est qu’ils veulent faire au sujet des fournisseurs de seedbox ou de VPN. Parce qu’après avoir migré du P2P au DDL/Streaming, les gens en voyant leurs sites préférés être bloqués vont continuer leur flux cybermigratoire et passer sur des VPN et des seedbox (avec on l’espère tous un retour vers le P2P). J’imagine aussi que des clients torrent anonymes comme Tribler seront aussi massivement adoptés. (Et malheureusement, Tor…)

Et là ça commence à devenir encore plus compliqué pour Hadopi… Pourquoi bloquer un service de VPN ou de Seedbox alors qu’ils peuvent très bien être utilisés pour des choses parfaitement légales ? Hmmm pas facile.

Vous le savez, je suis assez empathique comme garçon. Du coup j’éprouve beaucoup de tristesse pour la Haute Autorité qui me donne vraiment l’impression de vouloir vider la mer avec une petite cuillère fourchette… M’enfin je les comprends aussi… Ils sont la risée de tous depuis le début, leur mission est un fiasco complet et ce qu’on oublie souvent c’est que derrière Hadopi, il y a des hommes et des femmes prêts à tout pour garder leur emploi et leur petits salaire. (Environ 4100 € en moyenne par tête de pipe)

Donc on ne peut pas leur en vouloir de tenter l’impossible 😉 Vous feriez pareil pour garder vos avantages. En ce qui me concerne, je n’éprouve pas plus de sympathie pour eux que pour les sites de DDL/Streaming, donc je vais m’installer confortablement pour regarder ce nouveau spectacle comique et me faire chauffer un peu de popcorn.

Vous en voulez ?

Source :  Korben

Publicités

Imaginez qu’à cause d’un mystère mystérieux comme on a pu le voir Mercredi, vous soyez contraint de vivre sans abonnement internet à cause d’Hadopi alors que vous êtes innocent et que vous avez correctement sécurisé votre accès Wifi.

Que faire pour contester cette décision injuste ?

Faire un recours en justice tout simplement…

Ça parait si simple mais pour cela, il vous faut les documents qui vont bien. Seulement, gros problème, la Hadopi refuse de transmettre aux internautes qui en font la demande, l’un de ces documents qui est le procès verbal de l’infraction (PV).

Pourquoi tant de haine ?

Et bien selon eux, il n’y aurait aucune donnée personnelle sur ce PV. Du coup, ça devient encore plus facile de menacer les internautes car en plus de n’avoir aucun juge qui se penche réellement sur la question (à part une signature sur un document de temps en temps pour approuver cette mascarade), et bien on leur refuse aussi le document nécessaire à une constatation.

WTF? Oo

Mais alors, qu’y a t-il sur ce PV ? Et bien il y a votre adresse IP

Seulement, d’après les spécialistes internationaux de la Hadopi mondiale, qui comme chacun le sait ont découvert internet en 2009 et son devenus de sacrés donneurs de leçons, l’adresse IP n’est pas une donnée personnelle.

Je rappelle quand même que si la CNIL casse les couilles à tout le monde avec ses déclarations obligatoires, c’est bien parce qu’elle considère que la collecte et le traitement automatisée des adresses IP (et autres informations), rentrent dans un cadre de données personnelles. D’ailleurs,la Hadopi s’est elle-même déclarée à la CNIL puisqu’il s’agit d’un traitement automatisé chez eux.

Un peu schyzo non ?

Bref, ça part grave en cacahouète…. Et la présidente de la Hadopi tente de noyer le poisson en présentant des excuses bidons de jurisprudence de la Cour de cassation qui sont complètement interprétées à sa convenance.

Alors l’IP… Donnée personnelle ou pas ? D’après ce que je peux lire ici : « Les données personnelles sont les informations qui permettent d’identifier directement ou indirectement une personne physique »

Nom, email, n° de téléphone, n° de carte bancaire, adresse…etc sont des données personnelles. Et selon la Cnil, moi-même et le reste du monde (sauf Hadopi), l’adresse IP est aussi une donnée personnelle. Je reconnais toutefois qu’aucune loi n’a déclaré spécifiquement l’adresse IP comme une donnée personnelle. Mais aucune loi non plus n’a déclaré spécifiquement que l’adresse IP n’était pas une donnée personnelle… (et toc !)

Ce que j’ai du mal à comprendre, c’est en quoi une adresse IP est différente par exemple d’un n° de téléphone ? L’adresse IP ne permet effectivement pas d’identifier une personne directement mais plutôt son ordinateur ou sa box ADSL. Idem avec le n° de téléphone qui permet juste d’identifier le téléphone chez les gens. Alors pourquoi une telle différence ?

Moi ce que je vois surtout dans tout ce pataquès, c’est que les mecs chez Hadopi rament sévère et écopent à toute vitesse pour ne pas que leur radeau de fortune coule à pic (adieu mon beau budget à 12 millions.. bouhouhou), et que plus ils remuent, plus ils s’enfoncent… C’est le principe du sable mouvant. Selon moi, s’ils agissent comme ça, c’est qu’ils souhaitent juste empêcher par tous les moyens, le moindre recours qui pourrait faire sauter l’Hadopi définitivement.

J’espère en tout cas, qu’en empêchant les internautes de faire des recours et d’obtenir les informations les concernant, ils vont commencer à intéresser la justice, mais aussi leurs amis de la CNIL. Pas sûr qu’un tel comportement soit très très légal…

Pour creuser un peu le sujet, je vous recommande la lecture de cet article de Guillaume sur Numerama

Korben

[Source et photo]

Bien profond, hein ?

Publié: 30 novembre 2010 dans Musique, News, Politique
Tags:,

Ami artiste ! Toi qui es contre le piratage, qui as soutenu Hadopi, qui vas offrir des livres de Pascal Nègre à tes amis à Noël et qui tentes de vivre convenablement de ton art, voir un peu mieux que convenablement si tu as la chance d’avoir un peu de succès, j’ai une question pour toi :

  • Ça ne te fait pas un petit peu mal au cul de voir que les dirigeants de la SACEM s’engraissent sur ton dos tout au long de l’année ?

Je cite cet article du Point :

Il n’y aurait donc rien de choquant à ce que les dix plus hauts dirigeants de la Sacem perçoivent, en moyenne, un salaire de 266.670 euros par an (5,5 fois le salaire moyen brut du personnel), sachant que leur président émarge à environ 600.000 euros (supérieur de 87 % à son second). Il n’y aurait pas non plus de scandale à ce que la rémunération de six dirigeants ait augmenté de 10 % entre 2005 et 2008 quand le salaire moyen des salariés de la Sacem a augmenté de 6,5 % sur la même période.

Finalement, se comparer à Apple c’est peut être le véritable signe que ces mecs sont complètement déconnectés de la réalité… Le seul point commun que je vois entre Apple et la Sacem, à la limite, c’est le ver dans pomme.

[Source et photo]

Pour faire suite aux spécifications fonctionnelles concernant le mouchard Hadopi, la CCIA (Computer and Communications Industry Association) qui regroupe les sociétés suivantes (et pas des moindres) :

a envoyé un email à l’Hadopi pour les prévenir que cet outil de sécurisation est une idée dangereuse, aussi bien pour les internautes que pour l’Internet en général.

Ils expliquent que :

  • L’incitation à installer un mouchard sous peine de menaces pénales allait marquer négativement les valeurs européennes et le business. Bien que non obligatoire sur le papier, l’installation de ce mouchard est fortement incité par une menace pénale. De plus, le mouchard aura toujours un train de retard sur les nouveaux protocoles, incitant les gens à utiliser ces nouveaux protocoles encore peu connus (et donc non gérés par le mouchard). C’est donc inutile. Si un internaute veut réellement sécuriser sa connexion, il peut parfaitement le faire lui-même avec des outils qu’il choisira sans avoir à subir de menaces pénales.
  • La censure via une blacklist par un tiers autre que l’utilisateur du logiciel était une pente très glissante. Les seules personnes qui devraient avoir le droit de censurer un accès sont les administrateurs réseau pour le compte d’une société privée ou le propriétaire de la machine. Toute autre ingérence dans les accès à Internet est considéré comme une entrave à la liberté. La CCIA pointe du doigt une politique de gestion d’internet par la France, digne d’un état totalitaire.
  • L’Hadopi et toutes les agitations du gouvernement autour d’Internet allait stigmatiser certains protocoles Internet neutres (et parfaitement légaux). En effet, Bittorrent, comme d’autres protocoles doivent continuer à être utilisé par les internautes. Si ces derniers font l’amalgame de ce protocole avec le téléchargement illégal et surtout avec la peur de se faire taper sur les doigts par Hadopi, cela risque de freiner l’innovation et le développement de certaines solutions techniques / entreprises. Ce serait dommage non ?

Au final, pour être poli et finir sur un perfect, la CCIA demande à l’Hadopi de revoir sa réflexion pour éviter tous ces dangers.

Du coup, je me demande vraiment CE QUI LES FERA CHANGER D’AVIS chez Hadopi !?

Les internautes le hurlent depuis des mois, les spécialistes des réseaux le hurlent depuis des mois, les FAI le hurlent depuis des mois…et maintenant les plus grosses entreprises du net le HURLENT ! Faut l’écrire comment pour que les mecs de l’Hadopi comprennent que leur idée est à chier et qu’il vaudrait mieux l’abandonner au plus vite sous peine d’aller dans le mur ? Je ne donne pas cher de notre Internet français et de tout l’écosystème qui y travaille, y vit, et y participe…

En même temps, plus je vois ce genre de conneries, plus je me dis que c’est trop gros pour être vrai. Les mecs sont pas cons à ce point là chez Hadopi quand même… Ils ont probablement quelques spécialistes de la question sous le coude et d’après les dernières informations que j’ai eu, ils seraient même pour certains équipés d’un cerveau …

Ils savent parfaitement que c’est une idée de merde pour la liberté sur Internet, pour le business et pour les fondements même de la neutralité du net. Je n’arrive même pas à concevoir le contraire. Traitez moi de dingue, mais c’est peut être ça leur but inavoué… Casser l’internet pour garder le contrôle sur nos petites vies. Après avoir mis des caméras dans toutes les rues pour nous « vidéo-protéger » les fesses, ils veulent mettre des caméra virtuelles dans nos ordinateurs pour nous « cyber-surveiller » sans avoir à bouger leur cul de leurs petits bureaux. Je ne vois que cette raison « logique » pour expliquer  leur acharnement à poursuivre ce projet à fond de première dans le mauvais chemin, la bave aux lèvres.

Conclusion : Si Enrico savait ça, il se retournerait surement dans sa tombe.

Pour ceux que ça intéresse, la lettre est disponible au format PDF ici.