Articles Tagués ‘Insécurité’

gilbertCommuniqué de presse d’Isabelle Gilbert, Conseiller municipal d’Elbeuf, Responsable FN du canton d’Elbeuf

Agressé à coups de marteau pour un regard qui a déplu, en pleine rue, en pleine journée. C’est ce qui est malheureusement arrivé à un jeune habitant de la rive gauche, qui a fait les frais de l’insécurité qui règne quotidiennement à Elbeuf.

Incivilités incessantes, agressions de plus en plus violentes, c’est ce que subissent les Elbeuviens tous les jours. Les commerçants ne s’y trompaient pas lorsqu’en juin dernier ils se réunissaient dans la rue même où à eu lieu l’agression de dimanche afin d’organiser leurs états généraux dont la plupart des doléances concernait l’insécurité en centre-ville.

Le laxisme d’état instauré par les gouvernements successifs et l’inaction du maire, Djoudé Mérabet, pour qui la sécurité des Elbeuviens semble être la dernière des priorités, font d’Elbeuf une ville abandonnée aux délinquants.

Le Front National dénonce les politiques laxistes menées tant au niveau de l’État que par la municipalité socialiste. Il exige une politique pénale répressive et exemplaire, l’application réelle des peines de prison prononcées ainsi que le renforcement des effectifs de police. Il demande également au maire de donner à la police municipale les moyens humains et matériels d’assurer la sécurité publique afin que les Elbeuviens ne soient pas les éternelles victimes des délinquants.

Publicités

EBM - Tract 05

 

Elbeuf Bleu Marine

Elbeuf Bleu Marine

 

Tract 03

 

Tract 02

Depuis quelques mois, on assiste à une forte augmentation du nombre de cambriolages en France. Le Grand Sud n’échappe pas à cette tendance. Une véritable flambée qui met forces de police et de gendarmerie sur les dents.

La hausse du cours de l’or, celle du cuivre, la situation économique difficile, le laxisme supposé de la justice… Quand il s’agit d’expliquer la flambée générale des cambriolages, les raisons ne manquent pas. La réalité fait mal aux statistiques de la délinquance : 167 500 cambriolages en France sur les six premiers mois de 2011 (estimation) soit 918 par jour ! La hausse se calcule à plus 3,2 % par rapport à 2011 où il avait été constaté 323 954 cambriolages et vols par ruse (1). Chez les particuliers ; la hausse dépasserait les 10 % !

Son voisin, sa sœur, un ami, tout le monde y passe. Ville ou campagne, les voleurs cassent une fenêtre, forcent une porte, soulèvent un volet roulant et raflent tout ce qu’ils peuvent. Quelques minutes, jamais plus de 20, pour tout retourner et faire son choix. Les bijoux, bien sûr, de préférence en or, l’informatique portable, les télévisions HD, ce qui traîne… « La revente est devenue trop facile. Autrefois, c’était chez un fourgue un peu glauque et pas généreux. Aujourd’hui c’est sur la toile, via une petite annonce anonyme », constate un enquêteur. Les sites internet d’occasion sont truffés d’objets volés.[…]

La lutte antidrogue réserve des surprises en banlieue. À mesure que la pression policière contre les trafics s’accentue, les offices HLM rencontreraient des difficultés à encaisser les loyers dans les quartiers sensibles. Comme si les liquidités ne circulaient plus comme avant chez certains locataires. Le phénomène aurait notamment été observé en Seine-Saint-Denis.

cashigSelon certains élus locaux, le manque à gagner se ferait cruellement sentir depuis environ six mois. Dans le «9-3», «l’augmentation des loyers impayés chez les bailleurs sociaux a atteint 32% en quelques mois», affirme Grégory Vuillermet, conseiller technique au syndicat de policiers Synergie-Officiers. Le chiffre aurait été évoqué, selon lui, lors de réunions des conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). […]

«Dans les banlieues les plus sensibles, la part des paiements en cash a pris des proportions considérables», affirme un officier de police affecté aux enquêtes financières. Une grande surface jouxtant l’une des cités les plus remuantes du «9-3» a ainsi révélé aux autorités que 80% des achats de sa clientèle sont réalisés en espèces, alors que la moyenne nationale pour cette enseigne est de 80% d’achats par chèques ou cartes.

«Ce constat ne concerne pas que la Seine-Saint-Denis. Dans les quartiers nord de Marseille aussi l’argent liquide circule beaucoup», confie le préfet de police de la ville, Gilles Leclair. Et le fisc commence à s’y intéresser de plus près. […]