Articles Tagués ‘le grand-quevilly’

nicolas_bayCommuniqué de presse de Nicolas BAY , Secrétaire général adjoint du FN Tête de liste « Elbeuf Bleu Marine » aux élections municipales

Le lundi 10 mars, une plainte a été déposée par Me Wallerand de Saint Just, auprès du Procureur de la République de Rouen sur le fondement de l’article L. 116 du code pénal en raison des « manœuvres frauduleuses visant à altérer la sincérité du scrutin » dont ont été victimes les listes Front National au Grand-Quevilly et à Elbeuf.
 
Cette plainte s’appuie notamment sur plusieurs témoignages écrits qui ont été joints au dossier et qui démontrent les pressions organisées par les municipalités socialistes pour inciter les colistiers du Front National a retirer leur candidature. Ainsi, au Grand-Quevilly, M. Verdeaux, proche de la municipalité PS, a infiltré la liste FN en signant lui-même un formulaire de candidature avant d’inciter les colistiers à se retirer alors même qu’il ne pouvait pas avoir connaissance de l’identité des autres candidats autrement que, frauduleusement, par la mairie.
 
À Elbeuf, le maire PS, M. Djoudé Mérabet, a démarché individuellement à domicile plusieurs colistiers du FN qui témoignent de façon précise sur le procédé utilisé par M. Mérabet qui a même fourni un modèle-type de document de retrait de candidature à certains colistiers en leur en précisant le mode d’emploi (remplissage, signature et dépôt en préfecture). Dans ses basses œuvres, il a utilisé la vulnérabilité sociale de certains colistiers puisque ceux qu’il a sollicité sont généralement des personnes bénéficiant de logements sociaux. Certains colistiers ont également été démarchés par téléphone par des maires-adjoints. Une colistière d’Elbeuf déclare notamment : « ma nièce [figurant également sur la liste FN] est venue à la maison pour me dire qu’un adjoint au maire lui avait téléphoné parce que le maire voulait la voir ; il est venu chez elle et lui a dit qu’elle était sur la liste FN, il lui a conseillé d’écrire à la préfecture en lui disant comment se faire retirer de la liste »…
 
L’usage abusif de la liste des candidats FN (alors qu’elle n’était pas rendue public et que les candidatures n’étaient pas encore déposées en préfecture) ainsi que ces démarchages effectués par téléphone ou à domicile, constituent à l’évidence des infractions caractérisées à l’article L. 116 du code pénal. Le Front National a versé au dossier des témoignages ainsi que des éléments établissant la réalité des faits. Il appartient désormais au Parquet de Rouen de mener à bien la procédure judiciaire.
 
Compte tenu de ces éléments, le Front National déposera bien sûr un recours en annulation des élections municipales au Grand-Quevilly.
 
Consulter la plainte :  211831372-Plainte-Elbeuf-Gd-Quevilly
Publicités
Nicolas Bay, secrétaire départemental du Front national en Seine-Maritime annonce qu’il dépose plainte auprès du procureur de la République et souhaite faire annuler des élections.

Aux côtés de Marine Le Pen, la tête de liste Nicolas Bay a assuré qu'il présenterait sa liste après la fin officielle des dépôts de candidatures en préfecture.

La campagne électorale n’est pas de tout repos pour le Front national, qui doit faire face à des polémiques concernant des candidats, qui affirment avoir été inscrits « à leur insu » sur certaines listes en Seine-Maritime. C’est notamment le cas à Grand-Quevilly, dans l’agglomération de Rouen, où 22 candidats (sur les 35) auraient demandé leur retrait. Un coup de théâtre qui a conduit la préfecture de Seine-Maritime à retirer purement et simplement la liste frontiste en vertu de l’article L267 du Code électoral (Ndlr : car la majorité des candidats de la liste ‘Grand Quevilly Bleu Marine’ seraient concernés).
Des cas d’inscriptions considérées comme forcées par des colistiers ont également été signalés dans les communes d’Elbeuf, Lillebonne et Harfleur, mais qui n’ont pas entraîné le retrait des listes. « Le parquet de Rouen (Ndlr : qui a ouvert une enquête pour escroquerie) devra examiner le fondement de ces plaintes », a expliqué le préfet. S’il y a eu manoeuvres, le procureur peut-il demander le retrait de la liste ? « C’est de son ressort », a répondu le préfet, refusant de spéculer sur une décision du pouvoir judiciaire.

Nicolas Bay annonce qu’il porte plainte

Nicolas Bay, secrétaire départemental du Front national en Seine-Maritime et tête de liste à Elbeuf, a annoncé, de son côté, qu’il a décidé (aussi), avec Pascal Bignaux, tête de liste à Grand-Quevilly, de « déposer une plainte entre les mains du procureur de la République, aux termes de l’article L 116 du code électoral et cela après les pressions inadmissibles subies par les candidats d’Elbeuf et du Grand-Quevilly dont certains ont décidé de retirer leur candidature. Pressions évidemment en provenance des deux municipalités », affirme le conseiller régional.

Demande d’annulation des élections futures pour « fraudes électorales »

L’avocat du FN, Wallerand de Saint-Just,  a d’ailleurs prévenu que le Front national demandera « l’annulation des élections », souligne Libération, dans les communes où le parti de Marine Le Pen estime qu’ont eu lieu des « fraudes électorales ». Libération indique par ailleurs que l ‘avocat affirme disposer de « témoignages à Elbeuf, où le maire serait venu voir les gens ».

« Nous allons dénoncer ces maires » annonce Marine Le Pen

Sur Europe 1, Marine Le Pen a déclaré que « l’UMP dans certains endroits, le PS dans d’autres ont systématiquement appelé les colistiers pour faire pression sur eux, alors que seules la mairie et la préfecture étaient en possession des coordonnées de ces colistiers. Nous allons porter plainte, nous allons dénoncer ces maires, qui sont bien souvent des maires sortants et nous allons faire annuler l’élection », confirme la présidente du FN.

Source : 76actu

Au Grand-Quevilly, à Elbeuf et à Harfleur les municipalités en place refusant les règles de la démocratie ont tentés par tous les moyens de nous empêcher de déposer nos listes.

Intimidation de nos candidats, retards administratifs, délations !
 
De quoi on-t-il peur ?
 
De perdre leur place ?
D’avoir en face d’eux une vrai opposition ?
Que nous regardions de trop près les comptes des mairie ?
 
Ils ont oubliés ce qu’est la contradiction !
 
Malgré ces pressions le Front National sera présent en Seine Maritime dans 20 villes du département.
 

Messieurs les censeurs,
les 23 et 30 mars, c’est le peuple qui parlera !

Flamme-FN-blanche-1Nicolas Bay, secrétaire départemental du Front National en Seine-Maritime, conseiller régional, tête de liste du Front National aux élections municipales dans la ville d’Elbeuf et Pascal Bignaux, tête de liste du Front National aux élections municipales dans la commune du Grand Quevilly ont demandé à leur avocat de déposer aujourd’hui une plainte entre les mains du procureur de la république de Rouen Monsieur Bonhert, aux termes de l’article L 116 du code électoral et cela après les pressions inadmissibles subies par des candidats d’Elbeuf et du Grand Quevilly dont certains ont décidé de retirer leurs candidatures, pressions évidemment en provenance des deux municipalités.

Après les réclamations reçues de la part de colistiers, la justice va enquête sur les méthodes employées par le parti de Marine Le Pen pour constituer ses listes aux élections municipales (photo AFP)

Après les réclamations reçues de la part de colistiers, la justice va enquête sur les méthodes employées par le parti de Marine Le Pen pour constituer ses listes aux élections municipales (photo AFP)

L’affaire n’a sans doute pas fini de faire du bruit. Hier, le préfet de la Seine-Maritime a retiré la liste Front national de la course aux municipales au Grand-Quevilly. Pascal Bignaux, qui conduisait la liste « Le Grand-Quevilly Bleu Marine » ne pourra donc pas faire campagne. Pour quelle raison ? En fait, la préfecture a reçu des réclamations émanant de vingt-deux des trente-cinq colistiers. Ils s’estiment floués, comme nous le révélions dès hier matin. A l’image de Jean-Pierre Verdeaux, un retraité de Renault, ils se disent victimes d’une « supercherie ». Car, selon de nombreux témoignages, ces vingt-deux personnes se seraient retrouvées sur la liste FN à leur insu. Certes elles ont signé des documents officiels mais toutes expliquent qu’à aucun moment, il n’a été question de liste Front national pour les élections municipales.

Une enquête pour escroquerie

« Faux ! », s’est immédiatement défendu Nicolas Bay, le secrétaire départemental du FN qui, hier soir, estimait qu’il tenait « la preuve, par les faits, que cette opération est organisée par la mairie du Grand-Quevilly. Elle seule savait qui figurait sur la liste, pas encore publique, et elle seule pouvait faire pression sur les colistiers ».

Le cas du Grand-Quevilly n’est pas isolé. Au total, plus de trente réclamations ont été déposées ces derniers jours – sur les mêmes motifs – dans plusieurs communes de Seine-Maritime, à Elbleuf, Lillebonne et Harfleur, près du Havre. Mais dans ces trois communes-là, les listes FN n’ont pas été retirées de la bataille électorale. En effet, il faut que plus de la moitié des colistiers dépose une réclamation auprès des services de l’État afin que le préfet puisse décider du retrait éventuel d’une liste.

S’il n’a pas été en mesure de retirer les listes qui semblent poser problème, en revanche le préfet de la Seine-Maritime a saisi à trente-trois reprises – autant que de réclamations – le procureur de la République de Rouen, au titre de l’article 40 du code procédure pénale. Un article qui stipule que « toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ».

Saisi par la préfecture, le procureur de la République de Rouen, Jean-François Bonhert, a annoncé avoir ouvert une enquête pour « escroquerie ».

Faute de pouvoir se présenter au Grand-Quevilly, ville chère à Laurent Fabius mais aussi à Nicolas Rouly, le président du conseil général de la Seine-Maritime, et de Guillaume Bachelay, le numéro 2 du PS qui figure comme Laurent Fabius et Nicolas Rouly sur la liste du maire sortant, Marc Massion, le FN sera présent dans vingt villes. Mais avec, parfois, des candidatures « involontaires ». Des cas similaires viennent d’être révélés près à Orléans.

Stéphane Siret avec Élise Kergal – Paris-Normandie