Articles Tagués ‘municipales’

Percée. Trente-neuf candidats frontistes sont d’ores et déjà assurés de siéger au sein de conseils municipaux, et certains dans de grandes intercommunalités de Haute-Normandie. D’autres devraient les rejoindre dimanche.
image_content_general_16705342_20140324231149

Nicolas Bay, dans le sillage de Marion Maréchal-Le Pen à Rouen

Avec d’ores et déjà trente-six élus en Seine-Maritime et trois dans l’Eure, où il reste qualifié dans des villes comme Vernon, Louviers, Les Andelys et bien sûr Evreux, le Front national fait une entrée spectaculaire dans les conseils municipaux de la région, ainsi que dans plusieurs structures communautaires : la Crea à Rouen, la Codah au Havre et la communauté de communes de la Bresle Maritime, au Tréport. « C’est une poussée massive et sans précédent, tant en nombre de voix obtenues que par notre accession dès le premier tour à des sièges d’élus », se réjouit Nicolas Bay, secrétaire général adjoint du mouvement et directeur de la campagne des municipales 2014, lui-même élu dimanche soir à Elbeuf parmi les six frontistes ayant engrangé 35,58 % des suffrages dans un duel avec le maire sortant Djoudé Mérabet.

« Vigilants et déterminés »

Élu à la Communauté Rouen, Elbeuf, Austreberthe, au même titre que Jacques Gaillard au Petit-Quevilly, avec 33,84 % des voix dans un autre duel avec le président socialiste de la structure, Frédéric Sanchez, Nicolas Bay entend y mener une action d’opposition « déterminée, intransigeante mais constructive », en se montrant « particulièrement vigilants sur les dépenses de fonctionnement et sur la pertinence de certaines subventions, dont les critères d’attribution ne nous paraissent pas toujours très clairs ni transparents ». « Nous dirons la vérité sur ce qui s’y passe, nous y évoquerons des sujets que l’UMPS passe sous silence, mais nous y soutiendrons aussi les projets qui nous paraîtront aller dans le bon sens, au besoin en les modifiant ou en les amendant si cela nous paraît nécessaire », indique l’élu régional, qui espère être également rejoint à la Crea, dimanche, par le Rouennais Guillaume Pennelle. Ce dernier, en réunissant 13,38 % des suffrages, est en effet qualifié pour le second tour, comme sept autres têtes de liste frontistes en Seine-Maritime, par exemple à Fécamp, à Darnétal, à Gournay-en-Bray, à Sotteville-lès-Rouen

« Déçu » par le score du jeune candidat Dieppois Stéphane Mauger, qui échoue au pied du podium avec 9,29 % des voix et ne pourra donc pas se maintenir pour le second tour, Nicolas Bay parle de « situation particulière » pour justifier l’échec de Mont-Saint-Aignan, et celui de Lillebonne où les déclarations de colistiers entraînés « malgré eux » dans la campagne des municipales, coûtent cher au parti de Marine Le Pen : 7,30 % des voix seulement sur le nom de Bruno Blondel.

Quant à l’annulation de la liste Bleu Marine présentée au Grand-Quevilly, elle permet au scrutin d’être réglé au premier tour, avec quatre élus UMP d’opposition dans l’assemblée de trente-cinq élus et, parmi eux, le jeune Alexis Ringot, 18 ans. « Partout ailleurs, nos résultats sont très bons », préfère développer le cadre du mouvement, évoquant les neuf communes où les candidats frontistes ont conquis des sièges : Elbeuf, Le Petit-Quevilly, Le Tréport et Harfleur, où le FN représentait la seule opposition à des listes de gauche, mais aussi Caudebec-lès-Elbeuf où il glane deux sièges dès le premier tour, face à deux listes de gauche : celle de Laurent Bonnaterre (Union de la gauche), élu avec 58,45 % des voix, et celle de Noël Caru (DVG), qui a récolté pour sa part 24,07 % des suffrages. Le Havre (quatre élu, s dont un à la Codah), Oissel (deux sièges dans un scrutin à cinq listes) et Déville-lès-Rouen (deux élus avec 16,59 % des voix) complètent le « tableau de chasse » du FN à l’issue de ce premier tour en Seine-Maritime.

Des appétits pour les futurs scrutins

Un résultat propre à aiguiser les appétits pour le scrutin européen du 25 mai dans une circonscription Nord-Ouest qui englobe Hénin-Beaumont et a déjà élu à Bruxelles Marine Le Pen. Un résultat aussi qui aura forcément des conséquences sur les prochaines sénatoriales, avec une présence frontiste accrue parmi les « grands électeurs ». C’est dire que l’influence de ce scrutin municipal ne se mesurera pas que dans la vie locale ou même intercommunale.

Franck Boitelle

f.boitelle@presse-normande.com

Capture-d’écran-2014-03-25-à-12.54.39

C’est le cas par exemple au Havre où des élus de tous bords seront représentés. En revanche dans certaines communes, la  cohabitation pourra être plus délicate, comme à Harfleur ou au Tréport, deux bastions rouges. Ainsi élus frontistes et communistes travailleront ensemble. A Elbeuf, si le maire Djoubé Mérabet a été réélu dès le premier tour, il devra faire avec six conseillers frontistes. Nicolas Bay a en effet obtenu 35% des suffrages.

Reportage de Stéphane Gérain et Patrice Cornily avec les interviews de Djoubé Mérabet: maire PS et Isabelle Gilbert (FN).

Par ailleurs, le FN est engagé dans de nombreux ballotages en Seine-Maritime et dans l’Eure, que ce soit à Louviers, Evreux, Sotteville-lès-Rouen, Rouen…

A noter toutefois, que dans beaucoup de communes l’UMP ne présentait pas de listes laissant la place à des duels gauche-FN, comme au Tréport, Elbeuf ou encore Petit-Quevilly

Enfin l’on sait que la stratégie du FN est de s’implanter au niveau local afin de s’offrir un tremplin pour les élections européennes qui auront lieu en mai prochain.

Capture-d’écran-2014-03-21-à-16.30.55

JdE 20-03-2014 - Liste EBM