Articles Tagués ‘nicolas goury’

Capt_Elb-Caudebec

Publicités

Capture-d’écran-2015-03-15-à-15.08.58

France 3 Haute Normandie.

Revue de Presse, Journal d’Elbeuf : Exclusion de Nicolas Goury, militant CGT et candidat FN aux Municipales.

Nicolas Goury figure sur la liste FN menée par Nicolas Bay en Seine-Maritime pour les élections municipales qui auront lieu les 23 et 30 mars prochains.

© France 3 Haute-Normandie

© France 3 Haute-Normandie

La centrale syndicale n’a pas apprécié que l’un de ses adhérents se présente sur une liste Front National pour les municipales. Pour la CGT les valeurs défendues par le Front National sont « incompatibles » avec le préambule des statuts du syndicat qui dit agir « contre toutes les discriminations, le racisme, la xénophobie et toutes les exclusions ». L’union locale de la CGT a demandé son exclusion.

Nicolas Goury, interrogé par 76 actu, regrette cette décision et affirme n’avoir jamais « fait la promotion d’un  quelconque parti politique au sein de son syndicat ». Une commission doit se réunir pour entériner ou non son exclusion.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel cas se présente. En 2011 en Moselle, un ex-syndicaliste CGT passer par le NPA, avait décidé de se présenter sous l’étiquette FN pour les élections cantonales.

Peut-on être adhérent de la CGT et se présenter à une élection municipale sous l’étiquette FN ? L’union départementale de la CGT de la Seine-Maritime a tranché : c’est non. Nicolas Goury devrait être très prochainement exclu de l’Union locale CGT d’Elbeuf, où il a adhérent depuis plusieurs années. Dans un communiqué, le syndicat explique que « Nicolas Goury a fait le choix de se présenter sur une liste d’un parti d’extrême droite, dont les idées sont totalement contraires aux valeurs portées par la CGT, de ce fait il s’est lui-même placé en dehors et s’est exclu de la CGT ». Aux élections municipales du mois de mars, Nicolas Goury figurera en effet sur la liste FN conduite à Elbeuf par un proche de Marine Le Pen, Nicolas Bay.

« Il est inconcevable qu’au nom de la liberté d’opinion dans la CGT, celle-ci puisse être représentée, à quelque niveau que ce soit, par des militants ou adhérents revendiquant par ailleurs publiquement leur adhésion au concept de « préférence nationale » propre aux thèses de l’extrême droite. Accepter les thèses de l’extrême droite sur la « préférence nationale », l’immigration comme cause du chômage ou le refus de la régularisation des sans-papiers est totalement incompatible avec les valeurs de la CGT, explique le syndicat. L’extrême droite ne porte pas les valeurs que défend la CGT qui, dans le préambule de ses statuts, stipule agir « contre toutes les discriminations, le racisme, la xénophobie et toutes les exclusions ». Etre adhérent de la CGT implique le respect de ses valeurs et de ses règles de vie. C’est une exigence supérieure à toute autre considération, y compris la perte éventuelle de syndiqués ».

Source : Paris-Normandie

Nicolas Goury, syndicaliste CGT à Elbeuf, près de Rouen, est aussi candidat du Front National aux élections municipales. La CGT a décidé de l’exclure.

Militant CGT et candidat sur une liste du Front national à Elbeuf n'est pas incompatible pour Nicolas Goury (Photo : © Le Journal d'Elbeuf)

Militant CGT et candidat sur une liste du Front national à Elbeuf n’est pas incompatible pour Nicolas Goury (Photo : © Le Journal d’Elbeuf)

Nicolas Goury, candidat du Front National aux élections municipales à Elbeuf, n’y voyait pas de contradiction avec son engagement syndical à la CGT. Il déclarait, le 5 février :

J’ai l’espoir que l’UL d’Elbeuf comprenne ma démarche loin de toute discrimination politique. Mon engagement est cohérent dans ma volonté de défendre les Elbeuviens contre la politique du Parti Socialiste, qui ne cesse de multiplier les injustices sociales.

Par voie de communiqué, son syndicat fait savoir que son espoir est vain :

« Monsieur Nicolas Goury n’a plus sa place »

L’Union Départementale CGT de Seine-Maritime et l’Union Locale CGT d’Elbeuf considèrent que Monsieur Nicolas Goury n’a plus sa place à la CGT.

Un communiqué dans lequel la CGT explique la raison fondamentale de cette décision :

Il est inconcevable qu’au nom de la liberté d’opinion dans la CGT, celle-ci puisse être représentée, à quelque niveau que ce soit, par des militants ou adhérents revendiquant par ailleurs publiquement leur adhésion au concept de « préférence nationale » propre aux thèses de l’extrême droite.

Incompatible avec les valeurs de la CGT

Accepter les thèses de l’extrême droite sur la « préférence nationale », l’immigration comme cause du chômage ou le refus de la régularisation des sans-papiers est totalement incompatible avec les valeurs de la CGT.L’extrême droite ne porte pas les valeurs que défend la CGT qui dans le préambule de ses statuts stipule agir « contre toutes les discriminations, le racisme, la xénophobie et toutes les exclusions ».