Articles Tagués ‘quick’

quick_2007_anelkaLe gérant du restaurant Quick d’Avignon dans lequel un adolescent de 14 ans a mangé en janvier avant de décéder d’une toxi-infection alimentaire a été mis en examen pour « homicide involontaire », a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Benjamin Orset est mort le 22 janvier. Il avait mangé la veille deux hamburgers au Quick d’Avignon Cap Sud. Le parquet d’Avignon a ouvert le 18 février une information judiciaire contre X pour homicide involontaire en invoquant d’importants manquements aux règles d’hygiène. Les expertises ont mis en évidence « la présence de staphylocoques dorés dans le liquide gastrique de Benjamin Orset », ainsi que sur cinq des huit employés présents ce soir-là et sur le sol carrelé du stand d’emballage des denrées alimentaires.

Le groupe Quick a rompu le contrat de franchise qui le liait au gérant de trois restaurants du Vaucluse, dont celui d’Avignon Cap Sud. La société a repris en gestion directe deux de ces restaurants mais n’a pas trouvé d’accord avec le franchisé du restaurant incriminé, qui est propriétaire des murs et du fonds de commerce. Le fast-food, fermé par arrêté préfectoral le 22 janvier, avait rouvert ses portes le 11 février mais il a été de nouveau fermé dès le lendemain pour travaux.

Source

Publicités

quick-ketchup-halal

A noter que la certification halal n’apparaît pas sur l’emballage

J’adore le passage sur les Quick Halal !

Charles Aslangul, le président de l’Ordre républicain, a appelé jeudi dans un communiqué ses sympathisants et « l’ensemble des républicains » à boycotter les restaurants Quick, pour manifester leur « rejet » de l’offre halal de la chaîne de restauration, qu’il juge « discriminatoire et antirépublicaine« . L’Ordre républicain a porté plainte pour « discrimination » contre Quick au tribunal de Créteil. Selon le mouvement, l’offre exclusive halal « va directement et dramatiquement à l’encontre du ‘vivre ensemble’ en créant des tensions communautaristes« .

viaL’Ordre républicain appelle au boycott de Quick – – leJDD.fr.

Quick Halal

Une enseigne qui pratique des licenciements pas très catholique !

Lu pour vous sur L’Express :

Michel (1) en est convaincu : s’il a été licencié par Quick, c’est bien parce qu’il a refusé, en mai, que son restaurant de la région parisienne soit l’un des huit de la chaîne à devenir halal. Son opposition était avant tout commerciale, explique pourtant ce salarié de 38 ans, employé depuis 1992. « En devenant halal, mon chiffre d’affaires annuel aurait pu doubler, nous n’avions pas les infrastructures adéquates. Cela aurait entraîné une perte de qualité. » Mais Michel évoque aussi une autre raison, plus polémique : « Un Quick halal pose des problèmes de sécurité. Dans les restaurants testés, le renforcement du dispositif est impératif parce que les altercations entre clients, impliquant parfois le personnel, sont nombreuses, la direction le sait. Dans celui de Creil (Oise), il y a eu trois bagarres dans la même soirée. »

En dépit de ses arguments, Michel est convoqué en mai par sa hiérarchie. On lui reproche sa note interne, jugée trop basse, et des visites de contrôle qui auraient conclu à une mauvaise gestion. « Pas de chance pour eux, rétorque-t-il, le mois précédent, j’avais reçu le prix du meilleur Quick de la région par ces mêmes visiteurs mystères. » Furieux, l’impétrant écrit à sa direction, écope d’une mise à pied de deux jours, avant de se faire licencier, en septembre, pour « faute grave », car les contrôles de nourriture effectués en juillet se sont, paraît-il, révélés désastreux. Petit bémol : Michel précise qu’il était alors en arrêt de travail, supportant mal la « pression » de sa direction.

Sollicitée par L’Express, la DRH de Quick, Christiane Dutray, dit ne pas « comprendre » son ex-collègue. D’après elle, « un employé qui refuserait de travailler dans un restaurant dit « halal », pour quelque raison que ce soit, se verrait aussitôt proposer une mutation dans un autre établissement ». Dans l’attente de son audience aux prud’hommes, le 4 novembre, et d’une éventuelle conciliation, Michel cherche un nouvel emploi.

(1) Le prénom a été modifié.

Source : NP Info Ile-de-France