Articles Tagués ‘racaille’

Front-national-logoCommuniqué de presse du Front National

La violence inouïe des voyous « antifas » qui s’est déchaîné samedi 8 février soir dans les rues de Rennes contre passants, commerçants et forces de l’ordre au motif que le Front National tenait meeting démontre le caractère extrêmement dangereux et antirépublicain de ces groupuscules extrémistes.

Manuel Valls est largement responsable de ces violences en lançant systématiquement des messages de compréhension ou de soutien à ces voyous, qu’il utilise comme de véritables milices du pouvoir.

Son refus tout aussi obstiné qu’irresponsable de dissoudre ces groupuscules violents est perçu par les voyous antifas comme un permis de taper, un permis de casser.

La dissolution des groupuscules violents dits « antifas » n’est pourtant plus maintenant une nécessité, mais une urgence pour la tranquillité publique, la démocratie et la République.

Source : fninfos.fr

Publicités

Jets de pavés, grenades assourdissantes, slogans anti-FN… Rennes TV vient de mettre en ligne une plongée de vingt minutes dans l’ambiance d’une manifestation antifa qui dégénère.

Le rassemblement avait lieu samedi à Rennes (Bretagne) pour protester contre la tenue d’une meeting du Front national. La soirée s’est terminée par des heurts entre 600 à 700 manifestants et 300 gendarmes et policiers.

Ces derniers étaient placés aux abords de la salle de La Cité, où le candidat mariniste tenait sa réunion avec une centaine de militants.

Au total, quatre personnes ont été interpellées. Des vitrines de banques, ainsi que celles d’un poste de police, ont été brisées. Au moins une voiture a été incendiée.

Au Journal Régional de France 3 Bretagne le 09/02/2014

Les affrontements ont été assez violents hier soir dans le centre de Rennes © Maxppp

Les affrontements ont été assez violents hier soir dans le centre de Rennes © Maxppp

Une manifestation anti-FN a dégénéré à Rennes. Samedi soir, le Front National tenait son meeting de campagne pour les municipales salle de la cité dans le centre ville. Pour sécuriser la rencontre, 300 CRS et policiers. Face à eux, plus de 500 manifestants anti-FN. Un face à face qui a vite dégénéré.

Violences à Rennes samedi soir. En marge d’un meeting du Front national en vue des municipales, des affrontements ont eu lieu entre manifestants anti-FN et forces de l’ordre à proximité de la salle municipale en centre ville où se déroulait cette réunion politique qui regroupait une centaine de personnes autour du candidat frontiste aux municipales, Gérard de Mellon.

Entre 600 et 700 manifestants

Entre 600 et 700 manifestants ont affronté la police. Certains étaient cagoulés et munis de barre de fer. Ils ont été repoussés par la police avec des canons à eau.

Ils ont ensuite tenté d’investir les permanences du Ps et du Fn mais sans succès. Les vitrines de deux banques, d’une agence immobilière et d’un poste de police ont été brisées.

Pas de blessés et 4 interpellations

Il n’y pas eu de blessés mais 4 interpellations parmi les manifestants. Au départ, des syndicats, des associations anti-racistes et des partis d’extrême gauche avaient appelé à cette manifestation contre un meeting FN dans cette salle municipale. Selon la police, les manifestants « officiels » n’étaient en réalité qu’une centaine.

Critiqué pour sa décision d’avoir autorisé ce meeting en centre ville, le Parti socialiste d’Ille-et-Vilaine s’est défendu en assurant  qu’ « une autre décision aurait permis au FN de se présenter en victime des règles qui président à la démocratie locale. Nous ne voulons pas leur faire ce cadeau« . Les manifestants se sont dispersés vers 21h30.

Par Ouafia Kheniche

Elle est pas belle la gauche ?