Articles Tagués ‘sondage’

1980212_670943619619043_720425840_o

 afp.com/François Nascimbeni

afp.com/François Nascimbeni

Près de trois Français sur dix seraient prêts à voter pour une liste Front national aux élections municipales. C’est ce que révèle un sondage de l’institut LH2 pour Le Nouvel Observateur. Cela ne constitue toutefois pas une intention de vote.

 A la question « Seriez-vous prêt à voter pour une liste présentée par le Front national aux prochaines élections municipales? », 29% des sondés répondent « Oui », dont 17% « certainement » et 12% « probablement ». Au contraire, une majorité de Français (56%) exclut de donner sa voix au FN, et 14% ne l’envisagent « probablement pas ».

Chez les seuls sympathisants UMP, le résultat du sondage est proche de la moyenne nationale: 30% « Oui », 70% « Non ». En revanche, le FN n’a presque pas de potentiel de voix à gauche, 5% seulement déclarant pouvoir voter pour lui.

Les ouvriers et les indépendants plus enclins à voter FN

Le Front national ne sera présent aux élections municipales que dans 500 environ des 3.000 communes françaises de plus de 3.500 habitants, qui ont toutes un même mode de scrutin, le scrutin de liste.

Les « 65 ans et plus » (18%), les Franciliens (17%) et les cadres (20%) sont les catégories de populations les moins enclines au vote FN aux prochaines municipales, contrairement aux ouvriers (54%), aux indépendants (45%) et aux personnes ayant arrêté leurs études avant le baccalauréat (45%). Ces données sont toutefois entachées d’une marge d’erreur importante en raison de la petite taille de ces sous-échantillons.

Le baromètre annuel TNS Sofres sur l’image du FN publié le 12 février pour Le Monde, France Info et Canal+ indiquait déjà que 34% des sondés affirmaient « adhérer aux idées du Front national ».

Source: L’express

 

marine-le-pen-fond-bleu

Dans le dernier baromètre de popularité du mois de janvier 2012 réalisé par Ipsos-LePoint, Marine Le Pen, la seule candidate pour la défense de la France et de tous les Français, passe un nouveau cap en franchissant les 32 % d’opinion favorable soit une progression de 4 points comparée à décembre 2011.

On notera que la progression enregistrée s’effectue principalement sur les Français qui avaient une opinion défavorable et qui désormais ont changé d’avis.

Aussi, sur 36 personnalités politiques, Marine Le Pen poursuit son ascension dans l’opinion puisqu’elle passe de la 28e place en décembre 2011 à la 19e place en janvier 2012, soit un gain de 9 places d’un coup !

Auprès des sympathisants du Parti socialiste, Marine Le Pen est aussi en hausse de 4 points, à 19 % d’opinions favorables. Ce qui lui permet de passer de la 32e place du classement au 26 rang !

Encore plus dynamique, Marine Le Pen conquiert admirablement les sympathisants de l’UMP avec une hausse de 9 points par rapport à décembre 2011, passant de 25 à 34 % d’opinion favorable.

Le baromètre TNS Sofres d’octobre pour Le Figaro Magazine vient de sortir. Il place Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle, à la seconde place des personnalités politiques préférées auprès des sympathisants de droite. Pour la première fois, Marine Le Pen accède au top « 10 » des personnalités préférées des Français.

cotesdavenir2-650x459

cotedavenir2-650x459

steeve_briois_marine_lepen_1Communiqué de Steeve Briois, secrétaire général du Front National

Selon un sondage de l’institut TNS-Sofres à paraître ce jeudi 5 mai, Marine Le Pen est la personnalité préférée des sympathisants de droite, recueillant 55 % d’opinions favorables, loin devant Alain Juppé et François Fillon.

Cette formidable poussée de Marine Le Pen démontre non seulement l’échec patent de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement dans tous les domaines, l’immense déception et le sentiment de trahison que ressentent, à juste titre, l’ensemble des électeurs de Nicolas Sarkozy en 2007, mais aussi le bon sens des propositions de la Présidente du Front National. Ce sondage démontre que la personnalité et le programme de Marine Le Pen convainquent une part croissante de nos compatriotes.

Le Front National appelle l’ensemble des français, déçus de la politique d’un Nicolas Sarkozy dont les actes sont à l’inverse des promesses de campagnes, à se mobiliser massivement en faveur de la candidature de Salut Public incarnée par Marine Le Pen à la prochaine échéance présidentielle de 2012.

La seule candidature réellement républicaine, fédératrice, sociale et nationale, c’est celle de Marine Le Pen !

collard1 Libres propos de Gilbert Collard

Un sondage qui place Marine Le Pen en tête devant Nicolas Sarkozy, puis, après un repêchage en eau sondagière qui la place toujours en tête, c’est inacceptable, intolérable !

Il n’est donc de bons sondages que ceux qui confirment l’équilibre entre les « mastodontes des pouvoirs », en un mot la vieille noblesse politique enracinée dans le terroir des urnes depuis des lustres, la droite de Sarkozy et la gauche de Martine Aubry.

Un coup de vent qui déplace les organisations rhumatisantes de l’accaparement de la vie politique par les professionnels satisfaits de leurs échanges convenus dans la distribution des pouvoirs et c’est la terreur dans le thermomètre !

Ségolène Royal, dont la balise de détresse n’émettait plus aucun signal, clignote un désespéré : « les sondages font partie de la manipulation de l’opinion. »

Ce cher Mélanchon, le musicien populaire des fêtes à bretelles d’antan, troque l’accordéon pour le pipo et sifflote un : « c’est une opération de pipo purement commerciale ! »

Pour Filon, le raide, « c’est un sondage douteux ».

Pour Jean-Louis Bianco, l’énarque néologiste, c’est l’occasion de dénoncer la « sondocratie » et de réclamer une loi ! Une loi de plus dans le pays où l’on n’applique plus les lois…

La vérité c’est qu’ils sont tous des sonnés du sondage. Ils ne voient même pas que la commission des sondages n’a rien trouvé à redire sur la méthodologie de l’enquête !

Alors que signifient ces réactions de mauvais perdants ?

-         Que « le peuple » n’est fréquentable que lorsqu’il donne raison  à l’establishement.

-         Le peuple appartient à cet establishement

-         Le peuple doit obligatoirement jouer le jeu, s’extasier et s’exprimer toujours de la même manière de façon que dure un système politique de propriétaires connivents.

Il y a quelque chose de fort dans le refus agité de ce sondage : c’est le refus de la réalité, le refus d’entendre, le refus du refus !

Marine5 La publication dimanche par Le Parisien d’un sondage choc plaçant Marine Le Pen en tête du premier tour de l’élection présidentielle à 23 % a fait couler énormément d’encre.

Une large partie de cette encre n’a pas été consacrée, comme on aurait pu s’y attendre, à une analyse politique de cette nouvelle confirmation de la dynamique qui entoure la candidate du Front National, mais à une critique en règle de l’instrument de révélation de ce phénomène : le sondage réalisé par Harris Interactive.

Les critiques furent si virulentes que l’institut très vite a dû annoncer la réalisation d’un nouveau sondage, publié le lendemain soir, tenant compte d’hypothèses non testées dans la première enquête (les candidatures de DSK et de François Hollande). Ce sondage n’a fait que confirmer le précédent, mais les critiques ne se sont pas éteintes pour autant.

Depuis ce coup de tonnerre, les articles et les interviews de responsables politiques UMP et PS se succèdent pour dénoncer un « sondage douteux », « du très mauvais journalisme », « un coup de pub », « une méthodologie bancale », « un choix arbitraire des candidats testés », etc.

On peut tout de même grandement s’étonner de cette subite dénonciation d’un outil quotidiennement utilisé par les médias, les partis politiques et le gouvernement, qui en sont des consommateurs archi-assidus…

Ainsi, pourquoi s’étonner d’un air faussement suspicieux que ce sondage ait testé la candidature de Dominique de Villepin, alors que c’est systématiquement le cas depuis des mois ?

Pourquoi d’un coup se scandaliser de l’utilisation d’Internet comme mode de recueil des réponses des sondés, alors que des centaines de sondages Internet ont déjà été publiés depuis des années sans que personne n’ait jamais rien dit, que des études comparatives avec le téléphone ont démontré leur fiabilité, et qu’ils sont en passe de devenir la règle dans tous les pays développés ?

Pourquoi monter de toutes pièces une polémique sur la rétribution des sondés justement à l’occasion de ce sondage, alors que jamais cette technique n’avait soulevé le moindre commentaire jusqu’ici ?

Ces cris d’orfraie contre la technique sondagière, qui se prolongent désormais dans de longues et rébarbatives digressions sur le nécessaire « encadrement » des sondages, cachent mal le véritable objet de cette indignation du gratin médiatico-politique : le résultat du sondage, et ce qu’il révèle sur le niveau de défiance des Français à l’égard des machines UMP et PS au pouvoir depuis des décennies.

Contempteurs du fameux sondage, avouez donc l’objet véritable de votre agacement, la vraie cause de votre agressivité : la première place de Marine Le Pen, que vous ne pouvez pas supporter !

Avouez que c’est le peuple français qui vous dérange au fond, et que c’est lui qu’il faudrait « encadrer », et certainement recadrer.

Les candidats de l’UMP et du PS ne parviennent manifestement plus à susciter l’espérance des Français, qui semble s’être fixée sur quelqu’un d’autre. Pour ceux qui se partagent le pouvoir depuis si longtemps, c’est insupportable. Il leur fallait un punching ball…ils l’ont trouvé : le sondage !

Source : Nations Presse Info & http ://www.levraidebat.com